Licence créative Commons : Créateur : Gustave Deghilage

Comment les médias participent-ils au débat public ?  La « crise migratoire » dans les journaux polonais.

Les médias peuvent traiter d’un même sujet différemment selon le message qu’ils veulent transmettre. Le choix des mots, des images et de l’angle d’approche n’est pas anodin et est vecteur de messages politiques. Cet article propose une analyse des couvertures de quatre journaux polonais, publiés au sommet de la « crise migratoire ».

DE QUOI PARLONS-NOUS ?

 ‫‫

Alors que dans l’après-guerre, les mouvements migratoires étaient perçus comme bénéfiques à la reconstruction de l’Europe, ce même phénomène est désormais associé dans l’imaginaire collectif au terrorisme international et au communautarisme. En 2015 et 2016, le conflit syrien a déclenché la plus grande arrivée de réfugiés en Europe depuis la seconde guerre mondiale, révélant les failles du système de Dublin et en définitive, une « crise migratoire » au sein de l’Union Européenne[ii].

La façon dont les médias ont traité la crise de 2015 est particulièrement intéressante à analyser. En effet, ils ont contribué à donner une dimension sécuritaire au phénomène migratoire, ce qui a souvent soutenu la radicalisation des débats sur les migrations et sur la sécurité en Europe.[iii]  Afin de voir comment le phénomène migratoire est présenté dans les médias, je vous propose d’analyser des couvertures de journaux polonais, publiés en 2015 et 2016.

La Pologne est un pays clé pour étudier la question migratoire, car le partage des réfugiés au sein des pays de l’Union Européenne a été vivement contesté par le qui est parti au pouvoir depuis 2015. Ce parti, Prawo i Sprawiedliwość (PiS) (Loi et Justice en Français) , considère que l’immigration est un enjeu national, et que par conséquent, l’Union Européenne ne doit pas décider pour les Etats Membres dans ce domaine.  De manière générale, depuis 2015, la Pologne a vu un récit populiste, basé sur une narrative du « nous contre eux », devenir dominant sur la scène politique nationale[iv].

Les journaux qui vont être analysés ont une affiliation politique différente, ce qui laisse penser que la message politique qu’ils veulent transmettre l’est aussi. wSIECI est un journal idéologiquement rattaché à la droite conservatrice, Wprost est un magazine centre-droit, et Tygodnik Powszechny est un magazine libéral-catholique.

 ‫‫

wProst et wSieci : les migrations comme enjeu sécuritaire.

 ‫‫

Les couvertures de magazine qui montrent une vision sécuritaire de la « crise des réfugiés » ne font aucune référence au terme « migration ». A la place, elles mentionnent l’islam. Aussi, les personnes apparaissant sur les images – supposées musulmanes – sont déshumanisées. En effet, elles ne sont que partiellement représentés : le lecteur peut seulement apercevoir leurs mains ou une partie de leur visage.

La couverture de Wprost crée un lien direct entre les attaques terroristes et l’islam. La liste des attentats à la bombe, accompagnée des termes « l’enfer islamique », relie l’Islam à ces événements. Aussi, le fait que l’homme regarde le lecteur droit dans les yeux crée un sentiment d’insécurité. Le texte ne fait d’ailleurs aucune différence entre les islamistes radicaux et la religion musulmane en général.

La couverture de wSieci ne fait pas de lien direct entre les attaques terroristes et l’islam, mais fait apparaître cette religion comme une menace pour l’Europe. Elle fait ainsi référence à un plus large éventail de questions que le terrorisme, comme la rivalité intercommunautaire et la violence. En effet, en associant indirectement les musulmans à des violeurs avec la phrase « Le viol islamique en Europe », cette image suggère que les musulmans sont des personnes violentes et des criminels. Enfin, les migrants ne sont pas représentés comme des personnes dans le besoin, étant donné que leurs mains sont ornées de bijoux dorés.

Qu’est-ce qui nous sauvera de l’enfer islamique ?
2001 New York, 2004 Madrid, 2005 Londres, 2015 Paris, 2016 Bruxelles

 ‫‫

Tygodnik Powszechny et wProst : les migrations comme enjeu humanitaire.

 ‫‫

Lorsque l’on regarde les couvertures de magazines présentant les migrations comme un enjeu humanitaire, on aurait presque le sentiment qu’elles ne traitent pas du même sujet que celles présentant les migrations comme un enjeu sécuritaire.

Tout d’abord, elles montrent que les migrants ne sont pas seulement des musulmans masculins. Jusqu’alors, les migrants étaient seulement représentés comme des hommes tandis que sur les couvertures adoptant un récit humanitaire, les migrants apparaissent aussi comme des enfants et des familles. En outre, le mot « islamique » n’apparaît pas sur les couvertures avec un discours humanitaire. Les migrants sont représentés sont des êtres humains, des familles, qui ne sont pas seulement définis par leur religion.

Le regard vide, le corps immobile, voire mort : les réfugiés sont dépeints comme des personnes vulnérables et des victimes, s’opposant ainsi à la descriptions violente et menaçante des deux autres magazines. Ainsi, ces couvertures ont tendance à produire de l’empathie. Ceci est peut-être également dû au fait que les photos ont l’air réalistes, alors que sur les couvertures adoptant une narrative sécuritaire, les photos sont clairement mises en scène et retouchées. Aussi, l’utilisation de la première personne dans le texte – « J’étais un nouveau venu et vous m’avez accepté » – transmet le sentiment que les migrants parlent directement au lecteur, qui se sent personnellement concerné.

En haut de la couverture : Sur les réfugiés : Ochojska (Action humanitaire polonaise), Boniecki (prêtre polonais), Holownia (publiciste catholique polonais), etc. En dessous du titre : « j’étais un nouveau venu, et vous m’avez accueilli »

 ‫‫

wProst et wSieci : les migrations comme un moyen de critiquer la gouvernance Européenne.

 ‫‫

La couverture de wSIECI et celle de Wprost adoptent un discours eurosceptique. Sur la couverture de wSIECI ce récit est clairement énoncé par la phrase « ce que les élites bruxelloises cachent aux citoyens européens ». Cette formule véhicule l’idée que l’Union européenne est gouvernée par une élite technocrate qui n’est pas honnête avec le peuple. En outre, l’image suggère que l’Union européenne n’est pas en mesure de se défendre contre la violence islamique.

Sur la couverture de Wprost, le discours eurosceptique est moins évident. L’image d’un enfant échoué sur la plage est associée à une phrase expliquant que cette situation choquante est « le prix de l’hypocrisie », sans autres éléments de contexte. Ceci amène le lecteur à se questionner : « L’hypocrisie de qui ? Pourquoi ? Qui est responsable de cet acte ? ». Etant donné que la gestion des migrations et des frontières extérieures est menée au niveau Européen, le lecteur peut deviner que le mot « hypocrisie » accuse l’Union européenne. La couverture de ce magasine dénonce l’hypocrisie des gouvernements occidentaux, qui provoquent des catastrophes humanitaires mais qui ne sont pas en mesure de faire face aux vagues migratoires que ces catastrophes créent.[v][vi]

 ‫‫

Conclusion:

 ‫‫

Il semble donc évident que les médias peuvent traiter d’un même sujet selon des angles bien différents en fonction du message qu’ils veulent transmettre. Au-delà de ces représentations et du sujet des migrations, il faut retenir que les médias, en injectant des informations, en contestant les politiciens, et en se contestant entre eux, participent au débat public.

Les chercheurs s’accordent aujourd’hui pour dire que l’influence des médias dans le débat public est extrêmement variable, et dépend du média en lui-même, du contexte, mais aussi des individus[vii]. Ainsi, à travers cet article, j’espère avoir pu mettre en avant l’importance de comprendre le rôle des médias, et de savoir discerner la narrative qu’ils transmettent, afin de « mieux les utiliser … et de mieux s’en préserver le cas échéant »[viii].

– Amélie Trémolières – M1 CPP, 2020

SOURCES:

Derville, Grégory, Le Pouvoir Des Médias (Presses universitaires de Grenoble, 2017) <https://www-cairn-info.ezproxy.u-bordeaux-montaigne.fr/le-pouvoir-des-medias–9782706126376.htm?contenu=presentation> [Accessed 7 October 2020]

Sherwood, H., 2020. Polish magazine’s ‘Islamic rape of Europe’ cover sparks outrage. The Guardian, [online] Available at: <https://www.theguardian.com/world/2016/feb/18/polish-magazines-islamic-of-europe-cover-sparks-outrage> [Accessed 6 October 2020].

Styczynska, Natasza, « Eurosceptic Parties In The Central And Eastern European States:A Comparative Case Study Of Poland, Hungary And Bulgaria », in The Routledge Handbook Of Euroscepticism (London: Routledge, 2017), pp. 139-154

Peoples, C. and Vaughan-Williams, N., 2015. Critical Security Studies. London: Routledge, pp.168-183.

PMPG Polski Media SA. 2015. WPROST: Wysoka Cena Hipokryzji. [online] Available at: <https://media.pmpg.pl/pr/300580/wprost-wysoka-cena-hipokryzji> [Accessed 2 October 2020].

Zubek, Marcin, « Challenges To European Integration », 2020

[i] L’expression “crise migratoire” est mise entre guillemet dans cet article car l’auteure ne le considère pas comme complètement adéquat. En effet, d’après Vaughan-Williams (2015), ce n’est pas l’arrivée massive de réfugiée qui est la source de la crise, mais le dysfonctionnement de la politique d’asile de l’Union Européenne – le système de Dublin. Il serait donc davantage correct de parler de « crise du système de Dublin ». De même, les associations qui travaillent avec des personnes immigrés préfèrent employer le mot « crise de l’accueil migratoire ». Cependant, les expressions « crise migratoire » ou « crise des réfugiés » sont plus connues du grand public, et sont utilisées dans cet article afin d’en faciliter la compréhension.

[iii] Marcin Zubek, « Challenges To European Integration », 2020.

[iv] Natasza Styczynska, « Eurosceptic Parties In The Central And Eastern European States:A Comparative Case Study Of Poland, Hungary And Bulgaria », in The Routledge Handbook Of Euroscepticism (London: Routledge, 2017), pp. 139-154.

[v] Columba Peoples and Nick Vaughan-Williams, Critical Security Studies (London: Routledge, 2015), pp. 168-183.

[vi] « WPROST: Wysoka Cena Hipokryzji », PMPG Polski Media SA, 2015 <https://media.pmpg.pl/pr/300580/wprost-wysoka-cena-hipokryzji> [Accessed 2 October 2020].

[vii] Grégory Derville, Le Pouvoir Des Médias (Presses universitaires de Grenoble, 2017) <https://www-cairn-info.ezproxy.u-bordeaux-montaigne.fr/le-pouvoir-des-medias–9782706126376.htm?contenu=presentation> [Accessed 7 October 2020].

[viii] Grégory Derville, Le Pouvoir Des Médias (Presses universitaires de Grenoble, 2017) <https://www-cairn-info.ezproxy.u-bordeaux-montaigne.fr/le-pouvoir-des-medias–9782706126376.htm?contenu=presentation> [Accessed 7 October 2020].