…….

Quoi de plus inattendu qu’une épidémie mondiale comme toile de fond de l’élection présidentielle américaine 2020 ? D’abord enjeu national, puis argument de campagne pour dénoncer les manques de l’adversaire ou encore mise en scène de sa propre infection, la crise provoquée par le COVID-19 a réellement rythmé le fond et la forme de l’élection du 46e Président des Etats-Unis. Sphère CPP revient avec vous sur les temps forts du duel COVID VS élection présidentielle 2020…

Un enjeu de taille bien avant l’élection…

Parmi les pays les plus durement touchés par l’épidémie avec plus de 220 000 décès depuis le début de l’année, les Etats-Unis ont été bousculés par le “virus chinois”, ainsi nommé par Donald Trump. Ce dernier a reçu de nombreuses critiques à propos de sa gestion de l’épidémie, notamment en la prenant trop à la légère. Bien avant l’élection, Trump s’affichait clairement en anti-port du masque, tandis que son rival Joe Biden multipliait les sorties, muni du sien.

Les plus de 65 ans représentent aux Etats-Unis un quart des votants du pays et sont traditionnellement Républicains. Mais aujourd’hui, de nombreux seniors semblent avoir été déçus de la politique de Donald Trump face au Covid-19, et notamment de son comportement détaché, vulgaire ou enclin aux théories du complot. 

Un argument de campagne pour Biden !

Les contestations de l’opposition lors d’une année d’élection se sont vite transformées en reproches sévères face à la politique de Donald Trump jugée “trop faible” pour sauver le pays. Joe Biden a même été jusqu’à utiliser Twitter pour discréditer son adversaire. En Octobre dernier, il attaquait Trump en tweetant “After eight months of this pandemic, we finally found President Trump’s plan to beat COVID-19” menant vers un lien du soi-disant “Trump’s Covid Plan”, un faux site sur lequel on pouvait lire “Le plan de Trump contre le coronavirus et pour relancer le pays n’existe pas”.

Argument de campagne à part entière, le COVID-19 a eu une place prépondérante dans les débats présidentiels, notamment pour Biden qui n’a pas manqué de rappeler que le rôle du Président des Etats-Unis était bien de protéger son peuple, précisant que Donald Trump avait été mis très tôt au courant de la gravité du virus et qu’il l’avait caché aux américains. On l’a bien compris, la logique de Joe Biden était de représenter l’exact opposé de son rival Républicain. Le COVID-19 lui a réellement permis d’asseoir cette position face à Donald Trump.

Coup de com’ ou réelle contamination pour Trump ?

Après avoir tant critiqué la dangerosité de ce virus encore inconnu il y a un an, l’attraper aurait pu représenter un comble pour Donald Trump. Pourtant, en plein sprint de sa campagne, ce dernier est diagnostiqué positif au COVID-19. Il décide d’en tirer le meilleur parti, notamment de prouver sa force physique qui le légitimise davantage que son adversaire, son aîné de trois ans surnommé “Sleepy Joe”. En ajoutant que le virus est inoffensif, il montre sa robustesse, mais aussi pour certains, un soupçon de mépris.

Tout cela ne serait-il finalement qu’un énorme coup de com’ inventé par Donald Trump ? Cette contamination présidentielle “surjouée” a en effet beaucoup interrogé, notamment les plus observateurs. Une sortie de l’hôpital et une récupération bien plus rapide que la moyenne des américains en surpoids et de son âge, une mise en scène excessive sur les réseaux sociaux de son retour à la Maison Blanche, un emmêlage d’informations contradictoires entre la presse et le médecin de Donald Trump… De nombreux doutes ont très vite émergé à propos de cet épisode de la campagne présidentielle.

Quoi que l’on en pense, le COVID-19 aura eu un rôle majeur, voire central dans le résultat de l’élection présidentielle américaine de cette année. D’une part comme de l’autre, il a servi de réel argument électoral plus que n’importe quel autre sujet politique.

Lucie Bourquin.