Une fois l’événement passé, il en reste les phrases clefs du débat, les mots forts et aussi… les images. Alors, quand Sphère CPP se retrouve sous l’objectif de Olga Serjantu, il en ressort des photos chaleureuses, où l’ambiance, le moment de partage, l’humain sont maîtres de ces images. Découvrez le portrait de notre photographe-vidéaste passionnée. Merci pour cette rencontre et ton travail Olga.

Sphère CPP 2018

Olga, Olga… qui es-tu ?

Je m’appelle Olga Serjantu et je viens de la petite République de Moldavie. J’ai déménagé en France pour mes études, à l’âge de 19 ans, cela fait presque 5 ans que j’habite en France.

Je suis étudiante en master « Conception de Projet Numérique et Multimédia » à l’université Bordeaux Montaigne. Je suis actuellement en stage à la Banque Populaire Centre Atlantique en tant que chargée de communication externe et institutionnelle.

Raconte nous … ta passion de la photographie, tes références photographiques, tes inspirations.

La photographie m’a passionnée depuis mes 14 ans, quand mes parents m’ont acheté pour la première fois un appareil photo. C’est une passion forte, que j’ai gardée lors de tous mes voyages, déménagements et changements de culture, de ville ou de cercle d’amis. Pour moi la photographie c’est un moyen de communiquer aux autres la façon dont je vois le monde. C’est un moyen esthétiquement beau de transmettre des émotions et des miettes de ma réflexion. Je suis vraiment sensible à l’image et aux jeux de couleurs, et ne pas faire des photos cela signifierait pour moi négliger une partie de moi même.

Pour moi, le plus important dans la photographie c’est de communiquer une histoire à travers une image. Une histoire qui parle aux autres, une histoire dans laquelle ils peuvent se retrouver. C’est pourquoi je trouve beau de photographier les gens. Mon style de photo c’est la photographie de rue et les portraits. J’avoue secrètement que j’ai une sensibilité pour les personnes âgées. Je trouve qu’elles portent déjà une histoire même dans la manière dont elles marchent dans les rues ou lisent un journal sur une terrasse d’un café. Je n’aime pas ajouter manuellement des objets à mes photos, car cela enlève le côté vivant, spontané et naturel. J’aime beaucoup aussi les jeux de couleurs, d’ombres et de contrastes. Dans cette vision je m’inspire du photographe William KLEIN, et Joel MEYEROWITZ, qui est l’un des maîtres incontestés de la chromie, de la photo de rue jusqu’à la photo contemplative. Je lis avec ferveur les actualités du monde de la photographie, notamment sur l’agence Magnum, la fondation Aperture et le magazine Polka que j’attends avec impatience dans ma boîte aux lettres tout les 3 mois.
Je pourrais définir ma motivation avec cette citation : « A portrait is not made in the camera, but on either side of it » de Edward Steichen. C’est aussi le fil rouge de tout mon travail.

La photographie, un projet de carrière ?

Faire une carrière dans la photo? C’est la plus grande question que je me pose depuis un certain temps. J’aimerais beaucoup faire ressortir le côté créatif dans tous mes travaux et dans mon parcours professionnel. Une chose est sûre : je vais chercher à orienter ma carrière autour de l’image, toujours être fidèle au style qui m’est propre et à ma vision de l’esthétisme.

Son portfolio : www.olgaserjantu.fr

Suivez-la sur Instagram

EnregistrerEnregistrer